A propos du Global Frackdown

Depuis 2012, le Global Frackdown – une journée d’action internationale initiée par Food & Water Watch pour l’interdiction de la fracturation hydraulique – a aidé les activistes du monde entier à se coordonner et à améliorer la visibilité du mouvement pour interdire la fracturation hydraulique, l’expansion des infrastructures gazières, l’exploitation des sables bitumineux et autres méthodes d’extraction similaires. Ce mouvement se nourrit des preuves scientifiques de plus en plus nombreuses qui démontrent l’impact de la fracturation hydraulique sur l’eau, l’air, la santé, la stabilité sismique, les communautés et le climat, desquels nous dépendons tous.

Tandis que jusqu’à présent le Global Frackdown n’avait lieu qu’une journée par an, en 2015 il se déroulera durant tout le mois de novembre, en amont de la conférence des Nations Unies sur le Climat à Paris (France). Le « Global Frackdown to Paris » visera à améliorer la visibilité de notre mouvement sans cesse grandissant et à accroitre la pression sur les leaders nationaux afin qu’ils s’opposent a la fracturation hydraulique.

L’industrie du pétrole et du gaz a dépensé des millions de dollars dans d’habiles campagnes de communication et de très médiatiques efforts de lobbying pour obtenir le droit d’exploiter les énergies fossiles de nos communautés à l’abri de toute surveillance gouvernementale. Pourtant, l’opposition de l’opinion publique à la fracturation hydraulique continue de grandir.

Alors que l’industrie tente par tous les moyens de protéger ses profits et d’étouffer les revendications mondiales pour des énergies propres et renouvelables, une formidable mobilisation se fait jour dans le monde entier pour protéger nos ressources globales de la fracturation hydraulique.

Ensemble, en tant que mouvement, nous avons :

  • Fait adopter plus de 460 mesures contre la fracturation hydraulique, l’injection d’eaux usées et l’extraction du sable de fracturation à travers les Etats-Unis.
  • Interdit la facturation hydraulique dans l’Etat de New York et dans le Vermont.
  • Fait imposer un moratoire de deux ans et demi dans l’Etat du Maryland.
  • Empêché la fracturation hydraulique du River Basin dans le Delaware.
  • Initié des votes pour interdire ou mettre en place un moratoire sur la fracturation hydraulique à Longmont, Boulder, Fort Collins, Broomfield, et Lafayette Colorado, Denton Texas, San Benito County, California, et à Oberlin et Broadview Heights, Ohio.
  • Créé « Americans Against Fracking » – une coalition nationale pour interdire la fracturation hydraulique – ainsi que des coalitions dans les Etats de New York, en Californie, dans le Colorado, l’Oregon, la Pennsylvanie et le Maryland.
  • Fait maintenir des interdictions pour la fracturation hydraulique en Bulgarie et en France, malgré de fortes pressions de la part de l’industrie.
  • Fait pression pour des moratoires dans de multiples régions d’Europe.
  • Poussé Chevron à abandonner ses projets de fracturation hydraulique en Roumanie, Pologne et Lituanie.
  • Maintenu un moratoire sur la fracturation hydraulique aux Pays-Bas et en Irlande jusqu’en 2017.
  • Fait adopter un moratoire sur la fracturation hydraulique en Nouvelle-Ecosse, dans le Nouveau-Brunswick, à Terre-Neuve, et dans le Labrador, Canada.
  • Repoussé tout projet d’exploration de gaz de schiste en Allemagne jusqu’en 2019.
  • Fait pression sur le ministre de l’environnement Tchèque pour rejeter une demande de permis d’exploration pour le gaz de schiste.
  • Fait maintenir un moratoire de fait en Catalogne devant la Cour Constitutionnelle d’Espagne.
  • Convaincu le Leitrim County Council en Irlande d’interdire la fracturation hydraulique.
  • Etabli plus de 200 groupes anti-fracturation hydraulique à travers les Royaume-Uni, dont certains ont déjà réussi à bloquer des sites d’exploitation de gaz de schiste.
  • Aidé à l’organisation de la société civile pour s’opposer à la fracturation hydraulique dans des communautés de Tunisie, Algérie, Maroc et Egypte.
  • Fait adopter plus de 30 interdictions locales de fracturation hydraulique en Argentine.
  • Déposé un projet de loi pour interdire la fracturation hydraulique au Mexique.
  • Initié de nouvelles lois pour évaluer l’impact des gaz non-conventionnels en Australie.
  • Retardé la fracturation hydraulique en Afrique du Sud.
  • Réussi a obtenir un vote serré (30-30) au Comité Industriel du Parlement européen en faveur d’un moratoire immédiat sur la fracturation hydraulique.

En 2014, plus de 300 organisations ont rejoint le Global Frackdown. Nous en attendons davantage cette année. Rejoignez-nous en signant une lettre à destination des leaders mondiaux pour l’interdiction de la fracturation hydraulique et en faveur d’un avenir fondé sur les énergies renouvelables. Rejoignez-nous dans la lutte pour protéger nos communautés tandis que nous faisons pression auprès de nos élus pour leur faire prendre conscience de l’urgence de la situation. Joignez-vous à nous dans le « Global Frackdown to Paris » !